LES MÉMOIRES DE L'ÂME
Ecole de Tarot Initiatique
LES MÉMOIRES DE L'ÂME
Ecole de Tarot Initiatique
Eros et Psyché
Le tourment enduré par l'âme dans sa relation avec l'éros est l'un des thèmes dominants de la légende d'Eros et Psyché.
L'Amour se meut en effet dans plusieurs directions car ce n'est pas seulement le "moi" qui aime mais d'autres figures, d'autres images, d'autres rêves qui  animent l'être, le désirent et le rendent désirant. Aussi, la souffrance de l'âme semble-t-elle inhérente à toute relation intime et quelles que soient les circonstances, l'amour dispose des êtres comme si une nécessité mythique à reproduire la légende d'Eros et Psyché était écrite.
Etant convenu que dans l'amour délicieux du début l'anxiété est inscrite, quel pourrait-être le résultat de ces tortures (trahison, abandon, déni) ? Et d'ailleurs sur quoi se porte la torture ? En quoi consiste-t-elle ?
Le psychisme, souffrant du mal d'amour, converti l'âme de l'être humain en psyché. Si Éros, mis à la torture par son principe même le feu, brûle l'autre, il brûle seul lorsqu'il est séparé de Psyché, ou lorsqu'il est dénué de réflexion des profondeurs. Quant à Psyché, séparée d'Eros, sans amour, inconsolable, elle se livre aux travaux de survie, mais sans espoir et sans énergie. Leur séparation est expérimentée comme une coupure ; pendant que d'un côté Eros brûle de tous ses feux, la psyché de l'autre rumine ses tourments et accomplit ses corvées.
Avant que la réunion d'Eros et Psyché soit possible, Psyché doit passer par la nuit de l'âme où elle sera déchirée entre deux sentiments contradictoires : celui du « possible » dont elle est ontologiquement porteuse et le sentiment de culpabilité inhérent à la séparation et la fin. Ce supplice (car ni la fin, ni le « stop» ne sont concevables pour l'énergie féminine), s'étend jusqu'à ce que le travail de l'âme (les corvées de Psyché), par son aboutissement, réunisse Psyché à Eros transformé. Eros qui de son côté, semble avoir du régresser jusqu'à un état de veille et d'agitation enfiévrée où, subissant la domination de sa mère,  accède à la conscience psychique par le manque que cette régression lui apporte. Se confirme ici que la trahison conduit toujours à une série d'épreuves rédemptrices.
Et c'est alors qu'advient l'union d'Eros et de Psyché, une union pour laquelle la bénédiction des dieux est nécessaire. En effet, réaliser que nous avons perdu l'amour primordial non seulement par la trahison et la séparation d'avec Eros, mais aussi par notre mauvaise union avec lui est primordial pour que s'accomplisse l'union légitime entre le psychisme et le principe créateur. D'où les servitudes, les servilités, les douleurs, les tristesses, les regrets auxquels s'abreuve l'être...
La souffrance en ce mythe est de l'ordre de l'initiation. Il inspire, face aux tourments de l'amour, un nouvel esprit d'affirmation et d'encouragement. Car, quelque que soit le déguisement revêtu, c'est Eros qui est en cause, sa puissance créatrice cherchant à s'unir à Psyché s'éveillant aux mouvements de la vie. Toutes ces complications, tous ces tourments sont au cœur de la discipline psychologique et nécessaires au développement de l'éros et de l'Amour.
Eros se remémorera toujours ses origines dans le chaos, le recherchant pour s'y revivifier, recréant sans cesse les nuits obscures et les systèmes confus dans lesquels il peut se complaire, renaîssant dans les conflits passionnels, les affres de la jalousie, les crises de colère et les agitations de l'âme.
Né du chaos, Eros signifie que la créativité peut naître en chaque moment chaotique. Il est alors possible de reconnaître qu'Eros et la psyché ne sont pas simplement des personnages de contes ou des images de grand archétype, mais les deux pôles de tout développement psychique l'un à l'autre nécessaire. C'est en expérimentant psychologiquement un événement que le lien avec lui se ressent ; par les sentiments et les désirs, conscience advient que se joue quelque chose d'important pour nôtre âme.
Que serait la vie sans épreuves ? Une interrogation flegmatique et à l'élan vital dénué de force puisque dénué de l'effervescence de l'amour. Alors que dans chacun de nos problèmes un amour inconnu se trouve caché puisque, invisible, l'Amour ne se distingue que par ses effets.